25 juin 2013

La Creuse au Moutier d'Ahun (détail)

"[...] Mais le plus grand, c'est Armand Guillaumin. Comme Monet l'a fait de Fresselines, cinq ans plus tôt, Guillaumin fera de Crozant un lieu pictural impressionniste. Le paysage est dépouillé de son pittoresque, trouve une seconde dimension, son éclat ultime, fluide et palpitant comme les eaux de la Sédelle et de la Creuse, ces deux torrents, vibrant comme l'insaisissable lumière creusoise, transparente, capricieuse, imprévisible. Comme Monet, Guillaumin souffrira dans sa chair de l'hiver creusois, toujours à l'affût, cherchant avec obstination à saisir cette lumière fuyante, sauvage, indomptable. Monet ne fut ici qu'un météore. Guillaumin, rude et secret, ressemble à cette terre creusoise. Il a tout son temps. Il va se poser, s'enraciner, certain d'avoir trouvé le paysage de sa peinture. Pendant trente ans, sans jamais se lasser, il posera son chevalet sur "son" sujet. "Qu'il existe un pays aussi beau que Crozant, dira-t-il, c'est possible, mais un plus beau, je ne puis le croire"."

Christian Pirot, "Impressions des bords de Creuse"

Posté par flowhite à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,