Chaque fin de semaine, une photoUn poète, passant par-là, s'en inspirera peut-être. Ou peut-être pas.

 

Les temps qui courent

 L'eau passe et s'écoule. Le temps court et s'épuise. (fw)

 

Posté par flowhite à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


08 novembre 2014

 

Les temps qui courent

"A longueur de jour,
A blancheur de nuit."

Guillevic, "Terraqué", Poésie/Gallimard

 

Posté par flowhite à 08:12 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


07 novembre 2014

 

Les temps qui courent

"A présent disait-il le temps
est court
pourtant les mots sont dits
avec eux tu te penches
sur l'abîme
[...]"

Lionel Ray, "Pages d'ombre", Gallimard

 

Posté par flowhite à 09:21 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


06 novembre 2014

 

Les temps qui courent

"Le temps qui me vient s'use et s'amenuise
sur des images que rythme un glas de silence"

Bernard Blot, "Des raisons d'errances", La Fidelienne

 

Posté par flowhite à 07:55 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


05 novembre 2014

 

Les temps qui courent

 

 

 

Posté par flowhite à 12:53 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


04 novembre 2014

 

Les temps qui courent

Elle m'a dessillé le regard
Et j'ai encaissé ce coup de lumière
Vous dirai-je ce que j'ai vu?
Ces éclisses de glace
Ces écailles d'éclairs
L'éblouissement
Vous le dirai-je?
L'aveuglement
La fascination de la nuit
Le poignard et l'aurore
Vous les dirai-je?
La vérité coruscante
Qui m'a laissé à genoux
Dans les ténèbres
Les yeux à jamais fanés
Vous la dirai-je?

Julien Hoquet

 

Posté par flowhite à 18:55 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


03 novembre 2014

 

Les temps qui courent

Ma mélancolie, c’est comme une sonate en spleen mineur pour piano qui s’égare pensivement entre les pages blanches des souvenirs absents et les ombres profondément noires de l’oubli.

leather

 

Posté par flowhite à 13:18 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :  


02 novembre 2014

 

Les temps qui courent

"[...] je vois, j'écoute quelque chose qui pourrait être le temps courir avec une sorte d'allégresse, en scintillant de loin en loin, mais sans marquer la moindre usure; sans rien perdre encore, non plus, de sa limpidité. Je le vois, je l'entends qui court, et pourtant on le dirait pareil à l'immobilité du ciel nocturne, même si ses constellations d'eau s'éparpillent trop vite pour qu'on puisse jamais songer à leur donner un nom."

Philippe Jaccottet, "Cahier de verdure", Poésie/Gallimard

 

Posté par flowhite à 21:09 -  - Commentaires [0] - Permalien [#
Tags :