Rentrée

Dans une poche, les babioles oubliées: deux coquillages, un galet blanc, trois brins de lavande,
Dans un grand sac bleu- "Magasin de la plage"- un foulard en coton délavé, des espadrilles usées,
Dans un panier en osier, des fruits trop mûrs, un reste de gâteau:
C'est la fin des vacances.
Déjà, les images se morcellent et on les rassemble en vrac dans l'album de notre mémoire
Sans ordre ni façon:
Les rires sans raison, les amours éternellement éphémères, le "tube" de l'été,
les larmes d'au revoir,
Les matins de promesses, les après-midis alanguis, les soirs de longs échanges,
Les parfums, les visages, les sons, les lumières et les mots.
Dans un mois, dans un an ou peut-être plus tard, de la saveur d'un fruit, de l'écho d'une phrase, de quelques notes envolées, resurgiront intactes les couleurs d'un été que l'on pensait brisé.

Ariane Adam